Plongeons dans l’innovation

Plongeons dans l’innovation

Les 24H de l’innovation un booster de créativité.

Après notre voyage dans le pays de l’innovation et de la créativité, aux 24h de l’innovation, à Bidart dans le Pays Basque, nous revenons sur Terre chez i2Sons. En vingt-quatre chrono, nous avons rencontré plus de trois cent élèves d’écoles d’ingénieur, de commerce et de communication et marketing, des enseignants, chefs d’entreprise ou techniciens de collectivités locales, tous ouverts sur le « nouveau monde » qui nous entoure et connaissant la direction de l’innovation même si pour celle-ci, le choix de questionner ces générations Y et Z est totalement judicieux vues les questions complexes des entreprises présentes lors de cette édition. Un mélange trans-générationnel vivifiant associé à un cocktail de créativité et de passion partagée.

20151211_114859En arrivant le vendredi matin, nous commençons par la conférence de Bertrand Barré, un ancien sportif de haut niveau, enfin presque, mais c’est vraiment ce qu’il désirait devenir. Bertrand est à la tête du Groupe Zebra et conseille les plus grandes entreprises dans l’innovation par une méthodologie qu’il l’a inventée dite de la vision oblique dont les références sont autant à piocher dans le CAC 40 que du côté de grands comptes internationaux comme Unilever. Pour lui, «  l’innovation c’est une invention qui rencontre son marché « . Cet homme est un booster de croissance pour les entrepreneurs innovants. Humble et créatif, il déroule sa présentation avec humour et discernement sur le monde de l’innovation et surtout celui de l’entreprise, qui est conçue et structurée comme un mouroir de l’innovation faisant appel à des consultants formatés et se posant les mauvaises questions sur la capacité à inventer de nouveaux produits « disruptifs ». Avec un humour déroutant, il se moque de lui-même mais aussi des consultants et des entreprises possédant toutes des ressources venant des mêmes écoles et gérées par des chefs d’entreprises maitrisant le «  mix produit «  qu’il appelle «  le bon coup de mixeur  » verbalisé par les mêmes ingrédients des uns et des autres, l’excellence des produits, connaissant toutes leurs clients, avec des ingénieurs talentueux et des outils de production efficaces. Pour Bertrand Barré, ce type d’entreprise «  crée sa propre fin en créant tous les mêmes produits que les concurrents jusqu’au jour où un d’entre eux pense à fabriquer en Chine ! « . Pour résumer en une phrase son angle, toutes les entreprises travaillent de la même manière en utilisant les mêmes outils, données et méthodologies alors que Bertrand Barré, avec sa vision oblique est à l’origine de moult innovations de rupture et de « success stories » et ce dans de nombreux secteurs. Son intervention est une ôde à  l’innovation de rupture, il conseille de se ré-inventer et d’imaginer des schémas de pensée différents pour mieux définir d’autres horizons et les chemins qui mènent au changement comme nous le faisons depuis deux ans chez i2S.

Après une telle conférence, il est l’heure de titiller nos papilles gustatives en dégustant des spécialités comme « l’agur » ou le gâteau basque. Après cette mise en bouche, en positon verticale, place aux questions proposées par des entreprises comme la Snecma, Eurocoptère, Total, Thalès… et i2S, trente-deux questions au total, un show présenté depuis 9 ans par Jérémy Legardeur, professeur à l’Estia et inventeur des 24H de l’innovation, marque déposée à l’international, et aujourd’hui exploitée dans le monde entier par des écoles diverses et variées à travers le monde sur les cinq continents. Cette idée géniale en visionnant une série TV, 24H chrono, totalement inventive dans la narration comme dans les moyens et produite par Kieffer Sutherland, qui tient le rôle principal.

20151212_164913Suite à ce show, les élèves choisissent l’entreprise pour qui, ils doivent relever le défi en 24H chrono. Toujours ouverts à la différence, nous accueillons quatre élèves en première année de Kedge Business School de Bayonne, un Master 1 de Digital Campus et un futur ingénieur de l’Estia plus deux jeunes étudiants d’une école espagnole qui étaient présents mais pour faire la fête. Donc, nous nous retrouvons avec un défi énorme, quand les autres équipes ont 10 élèves, notre équipe est la benjamine de cette édition, qui plus est, avec un ingénieur qui, comme nous le découvrirons plus tard, est aussi ingénieux qu’un John Maeda en devenir. Quant à son ami passionné et talentueux de Digital Campus Bordeaux, la porte d’i2S lui est grande ouverte.

Malgré le manque de sommeil, ces jeunes gens ont fait preuve d’envie, de talent et empreints de curiosité, ils ont répondu au brief d’i2S – inventer un scanner qui répond à un marché et doté d’autres fonctions et usages, d’un design garant des enjeux de mobilité.

20151212_134925Le samedi matin vers 10H, nous avons coaché le binôme afin qu’il puisse  » storyteller  » leur présentation d’une durée de trois minutes chrono. Une jeune fille de Kedge, âgée de dix-huit ans, s’est spontanément proposée pour présenter la première partie de leur intervention et bien évidement, devant tant de désir, nous ne pouvions que respecter son appétence à être sur scène.

Nous repartons de Bidart, avec une maquette numérique d’un scanner, en ayant développé notre notoriété, même si l’équipe sur laquelle nous sommes tombés n’était sans doute pas la plus expérimentée, mais les émotions vécues ensemble n’ont pas de prix ! La règle du jeu des 24H de l’innovation est simple : c’est bien les élèves qui choisissent le sujet et non l’inverse.  i2S sera présent pour la dixième édition, Jérémy souhaitant que notre Directeur Général en soit le Parrain.  Devant notre implication qu’il verbalise ainsi  » Merci à toi Fabien et à ton équipe, pour ton implication, et ta participation, sincère et engagée. Ton émotion lors de ta prise de parole a touché certains d’entre nous de l’équipe d’organisation… et c’est cela qui nous donne l’énergie de faire ces 24h hors norme ! A ta dispo (à partir de janvier) pour discuter d’un 24h i2S « .

Prenons date pour 2016 et la dixième édition. En nous ré-inventant nous continuerons à être présents sur d’autres événements dont certains seront produits par nos soins. Le monde extérieur nous tend les bras à nous de saisir la balle au bond pour être encore plus compétitifs et inventifs dans notre approche de l’innovation. Osons hisser les voiles vers des mers inconnues et l’océan bleu.

Chez i2S, au-delà d’être fiers de notre présence, les soutenir financièrement, nous a permis de développer notre notoriété auprès de ces jeunes publics. En outre, le samedi, vers vingt heures, i2S a remis le 2ème prix de cette neuvième édition, des Go-Pro, devant un public  » chaud bouillant  » de plus de 300 personnes n’ayant pas ou peu dormi et chantant à tue-tête un chant basque en hommage au Directeur et fondateur de l’Estia. Énormément de respect et d’émotion irriguèrent l’amphithéâtre, et, à ce moment précis, nous comprenons mieux l’état d’esprit régnant dans cet établissement.

Les 24H de l’innovation vues par les collaborateurs i2S.

20151213_162834Pour David Larbi, ingénieur R&D, l’arrivée sur place est une indication «  dès notre arrivée, la présentation de Bertrand Barré est une révélation pour moi ; une magnifique explication de l’innovation. L’explication d’un homme de terrain (30 ans d’expérience) : limpide et tellement concret… j’ai adoré, j’adhère complétement à son avis sur l’innovation. Par la suite, l’équipe d’étudiants que nous avons eus était impliquée et motivée ayant choisi notre projet c’est plus facile à l’être. J’ai beaucoup apprécié de voir des jeunes gens réfléchir avec nous à des problématiques que nous essayons de régler depuis des années (pas simple). Le libre-service  » vu par un jeune «  m’a complétement convaincu sur le fait que nous nous trompons de direction. Ce week-end m’a permis aussi également d’identifier deux étudiants passionnés que j’aimerais bien avoir en stage afin de travailler avec eux sur des avant-projets, des nouvelles fonctionnalités… Il est important de se « resynchroniser » en permanence avec les jeunes générations afin de proposer des produits et services pertinents et en phase avec notre monde qui change à une vitesse incroyable ».

WP_20151213_13_03_48_ProPascal Thuilliez, International sales manager, a, pour sa part, vécu « une expérience personnelle enrichissante » et est en phase avec l’analyse de David Larbi. Il ajoute cependant qu’en échangeant avec les étudiants  » la réflexion que nous menons sur le « libre-service » est dépassée de par les usages de ces jeunes publics ». « Inventons une application dotée d’un puissant soft en mode  » freemium » nous dit-il. D’autres idées lui titillent l’esprit comme «  créer un 48H au lieu d’un 24H  » cela se nomme un Hackathon, et poser des questions «  plus terre à terre, pour un public d’ingénieurs, au prochain 24h, la 10ème édition ou, encore, inventer un autre format d’événement mais positionné plus business « . En parlant d’état d’esprit, Pascal a apprécié «  l’accueil des équipes de l’Estia et l’état d’esprit qui régnait dans cette école « . En outre, il pense que pour i2S «  envoyer des équipes transverses renforce la notion d’esprit d’équipe surtout sur ce type d’événements «  il a aussi constaté «  l’ouverture d’esprit de ces jeunes ! « . «  Un bon mixte entre le boulot à fond sans dormir et un moment de détente en équipe, très fédérateur «  pour la suite de l’aventure i2S.

 

 

20151213_102704_Burst01Quant à Stéphane Arnould, ingénieur d’application, le sage du Squad i2S, même si la musique méditative ne parle pas à son inconscient, il a pris  » un bain de jouvence et de créativité et rencontrer des publics, qu’il n’a pas l’habitude de côtoyer, d’échanger, de faire diverger et converger les idées, des remarques, des rires avec  des jeunes qui ont de l’avenir. Je suis partant pour la prochaine édition mais en espérant pouvoir se reposer un peu avant…  » Il exprime un regret  » ne pas être arrivé en même temps que vous et de profiter de l’enthousiasme du début « . En osmose avec ses collaborateurs Stéphane pense que  » partager des moments avec ces collègues en dehors d’i2S permet de souder un peu plus les équipes et d’avoir une autre vision sur les personnes. Un super point positif, j’ai eu le même ressenti avec la Marathon de Bordeaux « .

Suite à cette expérience et partageant les points de vue de David, Stéphane pense  » développer les concepts (technique 3D qui simplifie les travaux de détection) abordés pendant ce week-end pour les essayer dans le cadre de l’équipe traitement d’image pour à terme avoir un concept fonctionnel – pourquoi pas une maquette de David « . Stéphane, David comme Pascal nous verbalisent leur envie de faire, de se libérer dans le travail tout en étant au service d’i2S. Empli de sagesse, Stéphane nous distille de quelques conseils  » poser des questions plus terre à terre serait plus simple à appréhender pour les étudiants afin qu’ils s’en emparent plus rapidement. A nous aussi à ne pas trop les ‘brider’ avec nos visions trop formatées. A nous de nous améliorer pour ce genre d’exercice «  » Mixer les aspects techniques et le volet business est indissociable «  pour Stéphane.  » Ajoutons la partie marketing et différentiation. Les questions du jury nous le démontre. Le besoin doit avoir une solution technique pour être vendu ensuite au plus grand nombre « . Pour conclure, il partage sa joie d’avoir vécu ce moment d’intelligence collective  » Super week-end… c’est quand vous voulez pour un autre tour de piste «  !

WP_20151213_14_32_16_ProInnover c’est risquer. Capitaliser sur les échecs comme sur les « success stories ».

Chez i2S, la coopération passe par la réunion de personnes, la création d’ateliers de créativité mais des questions demeurent sur comment les réunir, les fédérer et comment créer un effet d’entrainement. La convivialité, l’interdisciplinarité, la diversité des contributeurs est essentielle à l’échange, à la création et à l’innovation (ex du Bauhaus). Si innovation et création semblent indissociables, pour nous, chez i2S, la créativité doit être développée  au sein des collaborateurs.

Dans les années 60, même IBM faisait appel à des personnalités extérieures, tels des architectes, des créateurs, pour se développer et atteindre une place de leader mondial. De grands comptes comme des E.T.I, des PME ou PMI s’ouvrent au monde extérieur pour booster l’innovation, la créativité et la création. Cette association innovation/créativité/création (l’informel et l’invisible) est le socle du changement chez i2S, un changement fondamental dans la façon dont nous menons notre métier ; c’est ce que nous allons soutenir avec nos efforts de collaboration ouverte et la façon dont nous allons fonctionner pour devenir un acteur mondial de l’image.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This